Afrique de l'Ouest: les armes contre les urnes — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

Le coup d’État militaire qui a eu lieu ce lundi 24 janvier au Burkina Faso s’inscrit dans une séquence inquiétante de dégradation de la situation démocratique en Afrique de l’Ouest, le tout dans un contexte d’insécurité et de violences terroristes qui se maintient au Sahel.

C’est en effet contre l’incapacité du pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré à contenir la menace terroriste qu’une partie de la population, et désormais les militaires, se sont levés. Au Mali, deux coups d’État avaient eu lieu en août 2020 et mai 2021. En Guinée, en septembre, une junte militaire renversait Alpha Condé et prenait le pouvoir. L’ONU, l’Union européenne, les États-Unis et la CEDEAO ont condamné ces prises de pouvoir par les militaires. Mais elles posent question à l’heure ou la présence française dans le cadre de l’opération Barkhane au Sahel doit être remplacée par une Task Force européenne et ou de nouveaux acteurs, dont la Russie, apparaissent dans la région.

L’analyse de Pascal Boniface.