Après l'arrivée de Nancy Pelosi à Taïwan, la Chine va procéder à des „actions militaires ciblées” — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

La Chine considère cette visite comme une grave provocation risquant d’enflammer des relations sino-américaines déjà tendues. Elle a prévenu que les Etats-Unis porteront la « responsabilité » d’une visite à Taïwan de Nancy Pelosi et qu’ils devront en « payer le prix ».

Pékin a également annoncé que l’armée allait lancer des « actions militaires ciblées » en réponse à cette visite. Ainsi, le ministère taïwanais de la Défense a annoncé sur Twitter l’incursion mardi de plus de 20 avions militaires chinois dans sa zone de défense aérienne.

Les explications de Michael Peuker

« Soutien inconditionnel des Etats-Unis »

Nancy Pelosi a affirmé de son côté que sa visite démontrait le « soutien inconditionnel des Etats-Unis à la dynamique démocratie de Taïwan », dans un communiqué publié peu après son atterrissage sur l’île.

Our delegation’s visit to Taiwan honors America’s unwavering commitment to supporting Taiwan’s vibrant Democracy.

Our discussions with Taiwan leadership reaffirm our support for our partner & promote our shared interests, including advancing a free & open Indo-Pacific region.

— Nancy Pelosi (@SpeakerPelosi) August 2, 2022

Elle a ajouté que cette visite ne contrevenait d’ »aucune façon » à la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine.

Lors d’une rencontre avec la vice-présidente du Parlement taïwanais Tsai Chi-chang, Nancy Pelosi a par ailleurs encore assuré être venue « en paix » dans la région.  « Nous venons en amis à Taïwan, nous venons en paix dans la région », a-t-elle dit.

Troisième personnage de l’Etat

Nancy Pelosi est un personnage important dans l’échiquier politique, rappelle François Godement, spécialiste des affaires internationales et stratégiques de la Chine, invité mardi dans Forum. « Non seulement elle représente le troisième personnage de l’Etat, mais elle est également à la tête du pouvoir législatif. Elle bénéficie donc d’une certaine autorité. »

Selon le spécialiste, l’agitation des médias américains autour de cette visite accroît encore plus la volonté de la Chine de répliquer. Court-on donc à une escalade du conflit? « Personnellement, je n’y crois pas », répond François Godement. Il peut y avoir à la rigueur une escalade limitée. « La Chine pourrait faire sentir aux Taïwanais les pertes qu’ils pourraient subir notamment en termes économiques ou en termes d’échanges humains », souligne-t-il.

L’interview de François Godement dans Forum

Navires américains

Plusieurs navires américains croisaient mardi dans la région de Taïwan au moment où la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi arrivait dans l’île. La 7e flotte américaine a fait savoir mardi sur Twitter que le porte-avions USS Ronald Reagan, qui croise dans la région depuis début juillet, se trouvait dans la mer des Philippines, au sud de Taïwan.

Il est accompagné du destroyer USS Higgins, qui fait partie de son groupe aéroporté, a précisé une responsable de l’US Navy ayant requis l’anonymat.

Réaction de la Russie

La Russie a estimé mardi que la Chine avait le droit de prendre les « mesures nécessaires pour protéger sa souveraineté », qualifiant de « provocation évidente » la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.

« La partie chinoise a le droit de prendre les mesures nécessaires pour protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale concernant le problème de Taïwan », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

Tournée asiatique

Nancy Pelosi a entamé lundi sa tournée asiatique avec une première étape à Singapour, où le Premier ministre Lee Hsien Loong l’a appelée à oeuvrer pour des relations « stables » avec Pékin.

La présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis avait annoncé dimanche conduire « une délégation du Congrès dans la région indo-pacifique pour réaffirmer l’engagement inébranlable de l’Amérique envers ses alliés et amis dans la région ». Ce voyage doit la conduire également en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon.

De son côté, le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, a assuré que cette visite ne soulevait « aucune question de violation de souveraineté » et qu’il n’y avait « aucune raison qu’elle serve de prétexte pour provoquer une crise ou un conflit ». « Nous allons nous assurer qu’elle va avoir une visite en toute sécurité », a-t-il ajouté sur CNN.

afp/hkr

La Corée du Nord fustige « l’ingérence impudente » des Etats-Unis

La Corée du Nord a qualifié mercredi d’ »ingérence impudente » dans les affaires intérieures de la Chine la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, et a assuré Pékin de son « soutien total ».

« L’ingérence impudente des Etats-Unis dans les affaires intérieures des autres pays et ses provocations politiques et militaires délibérées sont assurément la cause première de la dégradation de la paix et de la sécurité dans la région », a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l’agence officielle KCNA.

« Taïwan est une partie inséparable de la Chine, et la question de Taïwan concerne les affaires intérieures de la Chine », a poursuivi ce porte-parole, qui a assuré Pékin du « soutien total » de Pyongyang.

« Nous dénonçons avec véhémence toute ingérence d’une force extérieure dans la question de Taïwan, et soutenons pleinement la juste position du gouvernement chinois qui défend résolument la souveraineté du pays et son intégrité territoriale », a-t-il ajouté.

L’avion de Pelosi explose le record d’un site de pistage des vols

Le vol qui a emmené la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi à Taïwan mardi a été le plus suivi de l’histoire de Flightradar24, d’après ce site de pistage des vols.

« Au moment où il a atterri à Taipei, (le vol) SPAR19 était observé par plus de 708’000 personnes dans le monde, ce qui en fait le vol le plus suivi en direct de l’histoire de Flightradar24 », a indiqué le service en ligne dans un communiqué.

Cet « intérêt sans précédent et continu pour ce vol a lourdement pesé sur l’infrastructure de Flightradar24 », continue le service.