Choc aux Pays-Bas après une attaque par balles contre un journaliste — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

L’attaque a suscité de nombreuses réactions de journalistes et de personnalités politiques au delà des frontières.

Des habitants et des passants choqués se rendaient sur le lieu du crime mercredi matin, déposant des fleurs et des bougies.

Spécialiste des affaires criminelles

« L’attaque contre Peter R. de Vries est choquante et inconcevable, c’est une attaque contre un journaliste courageux et par conséquent une attaque contre la liberté de la presse qui est si essentielle pour notre démocratie et notre Etat de droit », a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutter lors d’une conférence de presse à La Haye.

Le journaliste et présentateur de télévision de 64 ans est une personnalité connue aux Pays-Bas pour son rôle dans plusieurs affaires criminelles. Il est régulièrement apparu en tant que porte-parole de victimes ou dans le cercle proche de témoins-clés. Il se bat pour rester en vie », a déclaré Femke Halsema, maire d’Amsterdam, lors d’une conférence de presse dans la capitale néerlandaise.

Arrestations annoncées

Trois personnes ont été arrêtées, deux dans une voiture sur une autoroute et une à Amsterdam, a indiqué le chef de la police d’Amsterdam. Parmi ces personnes se trouve probablement le tireur présumé, a-t-il ajouté, sans donner davantage d’informations sur les interpellations ni sur un éventuel motif pour le crime.

Peter R. de Vries s’est fait tirer dessus dans une rue du centre-ville d’Amsterdam vers 19h30 alors qu’il sortait du studio d’un talk-show dont il était l’invité. Des témoins ont entendu cinq coups de feu et vu que le journaliste avait reçu une balle dans la tête, a rapporté la télévision publique NOS.

« Nous voulons aux Pays-Bas que les journalistes puissent toujours mener toute enquête qui doit être menée en toute liberté. Cette liberté a été gravement atteinte ce soir », a déclaré le ministre de la Justice et de la Sécurité Ferdinand Grapperhaus.

« Une attaque » contre les valeurs de l’UE

Le président du Conseil européen Charles Michel a dénoncé sur Twitter « un crime contre le journalisme » et une attaque contre les « valeurs de démocratie » de l’Union européenne. « Nous continuerons sans relâche à défendre la liberté de la presse », a-t-il continué.

Heel veel sterkte en moed aan de familie en vrienden van #peterdevries

This is a crime against journalism and an attack on our values of democracy and rule of law.

We will relentlessly continue to defend the freedom of the press.

— Charles Michel (@eucopresident) July 7, 2021

« Les journalistes qui enquêtent sur les abus de pouvoir présumés ne sont pas une menace mais un atout pour nos démocraties et nos sociétés. Et nos pensées et notre solidarité vont au journaliste Peter de Vries », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen.

agences/br