Enquête en France sur le travail forcé des Ouïghours dans le textile — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

« C’est une première, cette enquête va nécessairement créer un risque judiciaire et une responsabilisation supplémentaire pour tous ceux qui, en toute impunité, pensaient pouvoir importer en France, pour s’enrichir, des ressources et des produits au prix des larmes et du sang », s’est félicité l’avocat des plaignants.

La plainte, déposée pour « recel de crime de réduction en servitude aggravée », « recel de crime de traite des êtres humains en bande organisée » ou « recel de crime de génocide et de crime contre l’humanité », s’appuie sur un rapport publié en mars 2020 par l’ONG australienne ASPI (Australian Strategic Policy Institute).

Travail forcé en usine

Les associations reprochent à Uniqlo France (qui appartient au groupe japonais Fast Retailing), à Inditex (qui détient les marques Zara, Bershka, Massimo Duti), à SMCP (Sandro, Maje, de Fursac…) et au chausseur de sport Skechers de commercialiser des produits fabriqués en totalité, ou en partie, dans des usines où des Ouïghours sont soumis au travail forcé.

Les plaignants estiment aussi que ces sociétés ne justifient pas d’efforts suffisants pour s’assurer que leurs sous-traitants ne sont pas impliqués dans les persécutions de cette minorité.

Le géant espagnol Inditex se voit ainsi reprocher ses liens avec des producteurs de fils et de tissus du Xinjiang, ce qu’il conteste.

Uniqlo, qui a pris position officiellement contre le travail forcé des Ouïghours, est accusé de s’être fourni en textile dans la région et dans la province d’Anhui, où des milliers de travailleurs ouïghours ont été transférés, possiblement contraints.

Le fabricant SMCP a lui pour actionnaire majoritaire Topsoho, une société détenue par le Chinois Shandong Ruyi qui, selon l’ASPI, a implanté ses usines depuis 2010 dans le Xinjiang.

Enfin, des chaussures de Skechers USA France ont été produites dans une usine de la province du Guangdong, où travaillent des Ouïghours transférés potentiellement de force, selon les plaignants.

afp/jpr