Le Maroc en demi-finale du Mondial, un exploit sportif avec une dimension politique — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

Lire aussi: FIFA Coupe du monde 2022

L’équipe nationale fait la fierté de tout le pays, à l’image d’Hamid, un fan interrogé dans le 12h45. « Le drapeau marocain est hissé partout. J’ai 71 ans et je n’ai pas vu cette ambiance depuis la Marche verte en 1975. »

Cette victoire a aussi été fêtée au-delà des frontières du royaume. A Genève, des supporters se sont ainsi rassemblés près de la gare Cornavin. En Espagne ou en Belgique, la communauté marocaine a aussi célébré ses héros.

Seules quelques échauffourées sur les Champs Elysées à Paris, où 20’000 personnes s’étaient réunies, ont légèrement entaché la fête. Au moins 170 individus ont été interpellés à travers l’Hexagone, dont 100 à Paris, et 83 ont été placés en garde à vue.

Le monde arabe exulte

Dans le monde arabe, la joie était aussi de mise: une explosion de joie a ainsi retenti à Gaza à la fin du match. « C’est un sentiment indescriptible. Je vous jure que c’est comme si c’était les Palestiniens qui jouaient », a témoigné un fan.

Près du stade, un Soudanais fan du Maroc a relevé que ce succès était attendu par tout un continent: « Nous tous, les nations arabes et africaines, sommes très heureux et nous espérons qu’ils atteindront la finale et obtiendront le premier trophée pour l’Afrique et le monde arabe. »

Cette victoire fédératrice a aussi offert une parenthèse positive pour les Syriens qui vivent dans des camps de déplacés au nord du pays. « Tout le monde ici est heureux. Cela nous permet d’oublier les souffrances que nous avons endurées sous les bombardements d’al-Assad », a témoigné l’un d’eux.

Une fierté retrouvée grâce aux « enfants du peuple »

Pour Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, cet exploit sportif va au-delà du football, « il dégage un sentiment de fraternité et de fierté qui a saisi les joueurs eux-mêmes », mais aussi un « sentiment de fierté d’appartenir à la nation arabe et au continent africain ».

Voir cette jeune équipe du Maroc casser les codes est bénéfique pour toute la région, selon lui. « Le monde arabe et le Maroc en particulier ont besoin de ces moments de bonheur et de joie dans une société qui est brutalisée par des situations politiques figées par manque de perspectives et d’espoirs, et par une brutalisation de la part de l’étranger. »

Hasni Abidi relève également ce sentiment d’appartenir à une nation « qui retrouve son honneur non pas grâce au régime, au pouvoir politique, mais grâce aux enfants du peuple ».

Sujets TV et radio: Karima Benamrouche et Renaud Malik

Adaptation web: Frédéric Boillat