Les présidents ne voyagent pas léger, surtout le président des Etats-Unis — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

Pour ce gros déménagement, on évoque généralement un minimum de six à sept avions pour un voyage présidentiel. Une délégation américaine, c’est grosso modo un millier de personnes, explique vendredi dans Tout un Monde Johanna Maska, qui faisait partie de l’ »advanced team » de Barack Obama à la Maison Blanche, en charge de préparer et d’organiser des sommets. Et de faire voyager le président américain.

Lire aussi: La Villa La Grange accueillera le sommet Biden-Poutine à Genève

Hélicoptères et limousines blindées

« Vous devez littéralement déménager toutes les activités du Bureau ovale partout où va le président. Et avant même qu’un voyage ait lieu, nous allons faire des repérages six semaines à deux mois avant une visite », a détaillé Johanna Maska.

Il faut tout d’abord choisir un lieu, un hôtel: généralement, les étages au-dessus et en dessous de la chambre du président sont réservés pour raison de sécurité. Les employés de l’hôtel subissent une vérification de leurs antécédents judiciaires. Tout est contrôlé.

Un président américain arrive aussi avec des hélicoptères, des limousines blindées et son service de sécurité. On évoque souvent trois périmètres de protection autour du président: la police locale et suisse en premier rideau, mais ensuite des agents spécialisés des Services secrets et enfin des gardes du corps qui s’occupent de la protection rapprochée de Joe Biden.

« Il y a même des plans de secours pour les plans de secours des plans de secours: c’est un gros dispositif. Et si les Russes vous donnent la taille de leur ‘package’, je suis sûr que les Etats-Unis feront de même », s’amuse Johanna Maska. Le « package » complet n’est en effet jamais totalement détaillé.

Lire aussi: Sécurité, espace aérien ou wifi, le sommet Biden-Poutine se prépare à Genève

Des cuisiniers et des goûteurs

On prévoit aussi certains avions non répertoriés, mais prêts à décoller en cas de besoin, par exemple un petit avion prêt à partir sur un aéroport pas trop loin, mais qui n’est pas l’aéroport principal, pour évacuer le président si ses avions principaux sont inatteignables ou pas opérationnels.

Tout est contrôlé, vérifié, même évidemment ce que mange le président. Généralement, la nourriture est amenée des Etats-Unis par l’équipe du président. Et il a ses propres cuisiniers.

Et si Joe Biden s’arrête à l’improviste dans un restaurant pour goûter un met local, encore une fois, tout aura été planifié, assure Johanna Maska: « Le menu, tout. Mais ça peut arriver, lors d’un déplacement, qu’il doive manger quelque chose pour ne pas offenser son hôte. Il va peut-être essayer des choses, mais il y aura toujours un membre de l’armée qui goûtera en premier. »

Joe Biden ne sera donc jamais le premier à tremper son morceau de pain dans une fondue à Genève, par exemple.

Démonstration de force et sensation de victoire

Les Américains ne se préparent pas forcément différemment lorsqu’il s’agit d’une rencontre avec la Russie, l’ennemi historique. Mais il y a de la tension, explique Johanna Maska. Et au vu des enjeux, elle prévoit que ce sommet sera aussi une démonstration de force de part et d’autre.

« La Russie, ça a toujours été des rencontres intéressantes. Je ne sais pas si vous connaissez cette chanson qui dit ‘tout ce que tu peux faire, je peux le faire mieux, je peux faire les choses mieux que toi (elle fredonne)’. C’est drôle parce qu’il y a une sorte de surenchère. Ce que veut un camp, l’autre le veut aussi », note Johanna Maska. « Pour ce sommet, le président Biden connaît déjà bien le président Poutine, mais il y a encore un long chemin qui les sépare. »

L’important, lors de ces rencontres, c’est aussi que les deux camps puissent repartir avec une sensation de victoire. C’est la recette d’un sommet réussi pour Johanna Maska. Cette ancienne de la Maison Blanche prévoit donc la venue de délégations importantes en ville de Genève au vu de la tension politique entre Washington et Moscou.

Et il faut imaginer que pour la tournée européenne de Joe Biden, toutes ces mesures et ce matériel doivent être mis en place à toutes ses escales: Royaume-Uni, Bruxelles et Genève.

Le sujet du 19h30 sur les préparatifs à Genève:

La Ville de Genève se prépare à accueillir le sommet Biden-Poutine

Le dispositif russe plus réduit

Du côté russe, le dispositif est bien plus réduit, quelques centaines de personnes tout au plus. On constate depuis quelques années qu’en règle générale, Vladimir Poutine se déplace pour une journée, quittant la Russie le matin pour y rentrer le soir-même. Genève ne devrait pas déroger à la règle.

C’est une différence de taille par rapport à Joe Biden. Le président américain exécute une tournée européenne, la première de surcroît, ce qui d’après certains politiciens russes interrogés par la RTS pourrait expliquer l’importance de la délégation.

Plus concrètement, Vladimir Poutine est attendu la semaine prochaine en compagnie de Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères, et d’autres vice-ministres. Tous les experts ou autres conseillers pouvant être utiles dans le cadre de cette première rencontre avec son homologue américain seront également présents.

Il faut ajouter à cela une partie de son équipe de communication et bien évidemment les hommes chargés de garantir sa sécurité. On n’a pas confirmé à la RTS la présence d’hélicoptères pour d’éventuels déplacements prévus à Genève. Pour l’heure, le président russe a prévu de se déplacer à Genève dans la nouvelle limousine de fabrication russe Aurus.

Sujet radio: Raphaël Grand et Jean-Didier Revoin

Adaptation web: Jean-Philippe Rutz