L'UE donne son feu vert à des négociations d'adhésion avec l'Albanie et la Macédoine du Nord — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

The @EUCouncil led by @EU2022_CZ has just agreed to open accession talks with Albania and North Macedonia!

We have taken another important step towards bringing the Western Balkans closer to the EU. It’s a great success of our Presidency.

— Petr Fiala (@P_Fiala) July 18, 2022

Le Premier ministre albanais Edi Rama et son homologue de Macédoine du Nord Dimitar Kovacevski sont attendus à Bruxelles mardi pour ouvrir formellement ces négociations qui prendront des années.

Lire aussi: La Macédoine du Nord accepte le compromis en vue de négocier l’adhésion à l’UE

Différends avec la Grèce

Le début des négociations est permis par la signature dimanche par la Bulgarie et la Macédoine du Nord d’un protocole bilatéral, initié par la France qui assurait la présidence tournante de l’UE au premier semestre.

Le protocole va permettre, entre autres, que le Macédonien devienne une des langues officielles de l’UE. La Bulgarie bloquait jusqu’à récemment l’ouverture des négociations en raison d’un conflit opposant les deux pays sur une longue liste de sujets historiques et linguistiques.

La Macédoine du Nord avait accédé au statut de candidat à l’entrée dans l’UE il y a près de vingt ans, et elle a déjà dû surmonter d’importants différends l’opposant à la Grèce pour se joindre à l’Otan en mars 2020.

Question sensible de la langue

La position bulgare empêchait aussi la candidature de l’Albanie, candidate depuis 2014. Sous la pression française, le parlement bulgare a accepté le mois dernier de lever son veto en échange de la garantie que la Macédoine du nord allait remplir certaines exigences sur des points de litige.

La question de la langue reste très sensible en Macédoine du Nord, la Bulgarie considérant la langue macédonienne comme un dialecte bulgare, tandis que les deux pays se disputent des événements et des figures historiques, principalement hérités du passé ottoman.

La Macédoine du Nord s’est engagée à modifier sa Constitution pour inclure les Bulgares dans les groupes ethniques reconnus et à mettre en oeuvre un traité d’amitié de 2017 visant à éradiquer les discours de haine.

afp/hkr