Peu d'enthousiasme de la presse américaine pour la candidature de Joe Biden — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

Le site Politico parle d’un « enthusiasm gap », un déficit d’enthousiasme. De nombreux militants démocrates se résignent au fait que Joe Biden est leur meilleure chance d’empêcher les républicains de revenir à la Maison Blanche. Mais on perçoit une certaine lassitude au sein du parti où l’on considère que Joe Biden n’est pas vraiment une « force galvanisante » en 2024.

Dans le message de trois minutes, publié sur Twitter, Joe Biden martèle une idée simple: il incarne le combat, toujours en cours selon lui, pour la liberté et la démocratie. Le président reprend l’un des arguments de sa campagne victorieuse en 2020, lorsqu’il s’était lancé dans une bataille pour l’ »âme de l’Amérique », et avait privé Donald Trump d’un second mandat.

Every generation has a moment where they have had to stand up for democracy. To stand up for their fundamental freedoms. I believe this is ours.

That’s why I’m running for reelection as President of the United States. Join us. Let’s finish the job. https://t.co/V9Mzpw8Sqy pic.twitter.com/Y4NXR6B8ly

— Joe Biden (@JoeBiden) April 25, 2023

Joe Biden a raison, estime The Washington Post. « Nous sommes toujours en train de nous battre pour l’âme de l’Amérique. Mais s’il veut prouver qu’il est l’antidote de l’extrémisme, il devra utiliser le pouvoir de sa fonction pour tirer parti de ses remarquables réalisations bipartisanes », écrit-il.

Joe Biden a toujours convoité ce poste et il veut la garder, constate The New York Times. Et le journal de citer un stratège républicain: « Le fait de ne pas se représenter serait considéré comme un aveu d’échec. Soit vous pensez que vous avez réussi votre premier mandat et que vous méritez un second. Soit vous pensez que vous avez échoué lors du premier mandat et alors vous voulez faire mieux, la deuxième fois. »

En lire plus: Joe Biden annonce être candidat pour un second mandat à la présidence américaine

La question de l’âge

La presse relève aussi la question de l’âge du président: il aurait 86 ans à la fin d’un éventuel deuxième mandat. Un peu à contre-courant, The Boston Globe estime que ce n’est pas vraiment un problème et qu’il faut voir au-delà de l’âge de Joe Biden.

Le plus vieux président de la nation a accompli beaucoup de choses et mérite un deuxième mandat, estime le quotidien, d’autant plus si son adversaire est Donald Trump.

Pour le Financial Times, Joe Biden a dirigé avec succès les Etats-Unis. Mais il a 80 ans et il fait clairement son âge. C’est un handicap potentiel pour les démocrates. Et il s’agit d’un pari électoral risqué, souligne le journal.

Un avis qui n’est pas partagé par le Los Angeles Times. Certes le président Biden a 80 ans, mais il a été éternellement sous-estimé et il gagnera probablement à nouveau. « Je parie sur un second mandat de Biden », écrit l’éditorialiste du quotidien.

Critique du camp conservateur

Les media conservateurs, eux, et sans surprise, sont très critiques. L’un des dons de Donald Trump est de rendre ses ennemis tellement fous qu’ils font des choses vraiment bizarres comme cette vidéo de Joe Biden, constate le New York Post.

Le monde est un gâchis, l’Amérique s’enfonce rapidement dans la spirale du déclin et Joe Biden, plus vieux que jamais, veut « finir le travail ». Finir le travail?, s’interroge le tabloïd. Apparemment, il ne se contente pas d’endommager l’Amérique, « il veut la détruire ».

D’ailleurs, dans son message vidéo, Joe Biden a déclaré: « Finissons le travail! ». Quatre ans de plus, c’est une perspective qui fait frémir The Wall Street Journal. « Cela ressemble à une peine de prison. » Une nation a-t-elle jamais envisagé avec plus d’anxiété un avenir sous la direction d’un homme qui est désormais engagé, écrit le quotidien, sur la voie d’un déclin cognitif dont personne n’est jamais revenu.

Patrick Chaboudez/vajo