Plus de 200 personnes condamnées dans un maxi-procès contre la mafia calabraise — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

Les condamnations, lues par la juge Brigida Cavasino, vont de quelques mois de prison à 30 ans de réclusion, une peine écopée par quatre personnes.

L’un des accusés les plus en vue, l’ex-sénateur Giancarlo Pittelli, 70 ans, a été condamné à 11 ans de réclusion alors qu’une peine de 17 ans avait été demandée.

Le parquet avait requis un total de près de 5000 années de prison à l’encontre des mafieux ainsi que leurs complices en col blanc, fonctionnaires, élus locaux et même policiers de haut rang.

La mafia la plus riche et la plus puissante d’Italie

Basée en Calabre, une région très pauvre située dans la pointe de la Botte italienne, la ‘Ndrangheta est la plus riche et la plus puissante des mafias italiennes.

Présente dans une quarantaine de pays, elle exerce sur sa terre d’origine une emprise étouffante, infiltrant et corrompant l’administration tout en faisant régner sa loi de fer sur la population.

Le plus important procès depuis 30 ans

Depuis janvier 2021, trois juges ont auditionné durant des milliers d’heures des témoins, parmi lesquels une cinquantaine de mafieux repentis devenus collaborateurs de justice, sur les activités de la famille Mancuso et de ses associés, un important clan de la ‘Ndrangheta contrôlant la province de Vibo Valentia.

Lire aussi: Ouverture d’un procès-fleuve contre la mafia calabraise

Ce maxi-procès organisé dans un bunker sous haute surveillance dans la ville de Lamezia Terme est le plus important contre la mafia depuis plus de 30 ans.

Les chefs d’accusation étaient nombreux: association mafieuse, trafic de drogue, extorsion, usure, blanchiment d’argent sale…

Au cours du procès, les accusés ont détaillé le fonctionnement violent de la ‘Ndrangheta, son emprise sur la population locale, l’extorsion, le trucage des appels d’offre et des élections ou l’acquisition d’armes.

Ils ont révélé des secrets sur des caches d’armes dans des cimetières ou des ambulances servant au transport de drogues et dévoilé comment l’eau municipale était détournée pour arroser des plantations de marijuana.

afp/ebz