Un nouveau sommet pour débloquer des financements pour les pays en développement — Genève Vision, un nouveau point de vue

0

La France ne peut que reconnaître qu’elle « n’a pas la capacité de décider » seule, souligne une conseillère du président français, qui anticipe que la réunion débouchera sur une « feuille de route » plutôt que sur des décisions concrètes.

Mais les travaux au palais Brongniart, dans le centre de Paris, bénéficieront du poids du parterre des invités: le chef de l’ONU Antonio Guterres et le président brésilien Lula seront présents ainsi que le chancelier allemand Olaf Scholz et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen.

La Chine sera représentée par son Premier ministre Li Qiang, l’Arabie saoudite par le prince héritier Mohammed ben Salmane. William Ruto, le président kényan, fait aussi le déplacement, tout comme une vingtaine de dirigeants africains, dont plusieurs ont récemment haussé le ton contre les pays riches, plus prompts à verser des milliards pour soutenir l’Ukraine en guerre.

Rénover l’architecture financière internationale

L’idée du sommet a germé en novembre lors des négociations climat de la COP27 en Egypte, dans le sillage du plan présenté par la Première ministre de la Barbade Mia Mottley. Sa voix a ravivé l’espoir de voir avancer ce sujet, devenu un boulet des négociations climatiques entre les pays pauvres et les pays riches, principaux responsables historiques des émissions de gaz à effet de serre.

« On impose un coût énorme aux pays les plus pauvres par la manière dont on décide de vivre aujourd’hui », a résumé Esther Duflo, prix Nobel d’économie, dans un entretien à l’AFP.

L’objectif du sommet est de rénover en urgence l’architecture financière internationale, née des accords de Bretton Woods en 1944 avec la création du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM).

L’accès à leurs financements est jugé difficile par les pays en développement, alors que leurs besoins sont immenses pour affronter canicules, sécheresses et inondations, mais aussi pour sortir de la pauvreté tout en s’affranchissant des énergies fossiles et en préservant la nature.

Taxations et réformes institutionnelles

Pour y parvenir, les pays en développement autres que la Chine devront dépenser 2400 milliards de dollars par an d’ici à 2030, selon le chiffrage de référence d’un groupe d’experts sous l’égide des Nations unies. Ou encore faire passer leurs dépenses dans les énergies non-fossiles de 260 à près de 1900 milliards par an au cours de la décennie, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Parmi les nombreuses idées en débat, celle d’une taxe internationale sur les émissions carbone du transport maritime a le vent en poupe, à deux semaines d’une réunion cruciale de l’Organisation maritime internationale (OMI).

Les dirigeants mondiaux évoquent d’autres taxations, mais aussi des réformes institutionnelles, la restructuration des dettes des pays pauvres, un renforcement du rôle du secteur privé…

Ecouter le son de La Matinale sur l’idée d’une taxe sur le fret maritime: Sommet de Paris: taxe mondiale sur le fret maritime débattue

Une confiance blessée entre Nord et Sud

La suspension du paiement de la dette en cas de catastrophe naturelle est notamment très soutenue par Mia Mottley.

Car les cyclones ne font « pas de différence » entre pays riches et pauvres, mais peuvent « faire perdre des années de développement », a rappelé à l’AFP Fatumanava Pa’olelei Luteru, président de l’Alliance de 39 petits États insulaires et côtiers (Aosis), en pointe dans ce combat pour une nouvelle finance.

Les pays riches seront mis face à leur promesse de financer 100 milliards de dollars par an pour aider les pays pauvres face au réchauffement. Une promesse censée être tenue cette année, avec trois années de retard qui ont profondément blessé la confiance entre le Nord et le Sud.

Le montant peut sembler dérisoire, mais « les financements publics sont la graine qui permettra de faire lever les milliers de milliards », souligne Harjeet Singh, du Climate Action Network.

afp/ther